Après mon message du 20 avril de retour à la maison, je n'ai plus donné de nouvelles.

D'une part, il faut dire qu'il ne se passait pas grand chose jusque vers la fin du mois de mai.

D'autre part, du fait que depuis la fin mai, nous avons constaté que les analyses effectuées ont affiché des résultats qui ne sont pas à la hauteur de nos attentes.

Tout d'abord, dans le mois qui a suivi ma sortie de l'hôpital, il a fallu tâcher de maintenir à la maison le précautions prises durant le séjour à l'hôpital, notamment alimentaires, avec le lot de nourritures industrielles. Nous nous sommes abstenus d'aller fréquenter les marchés et leurs tentations de saveurs de printemps.

Ensuite, durant cette période, grâce à Isabelle et Pierre, nous avons pu passer une petite semaine à Nevez, en Bretagne (Finistère sud) non loin de Concarneau et Pont Aven. Ce fut un enchantement, la maison au bord de la mer, une météo très agréable et un environnement propice à la remise en forme : balades sur le chemin des douaniers et sur les plages, soleil et air marin, sans compter une cure de conserves de produits de la mer respectant les prescriptions, mais changeant radicalement vis à vis du régime imposé jusque là. Encore merci à Isabelle et Pierre de nous avoir fait partager leur coin de paradis.

Au retour, et en vue de la suite du traitement, il a fallu faire les analyses de sang permettant d'évaluer la situation après l'autogreffe. Ces analyses, faites le 17 mai, ont livré leurs résultats le 20, lesquels ne sont pas aussi bons qu'on pouvait l'espérer il y a quelques mois.

Certes le pic monoclonal, qui est pour moi le seul indice de la maladie actuellement (Dieu merci je suis asymptomatique), a fortement baissé vis à vis de ce qu'il était en septembre 2016 (et même vis à vis de début 2005 lorsqu'il a été découvert) avant le traitement, mais il reste trop élevé au regard de la norme.

Le coup a été rude.

Confirmé le 23 lors du rendez vous de démarrage de la cure de consolidation. Lequel démarrage, après concertation des médecins le 24, a finalement débuté le 29 mai.

La phase de consolidation consiste en deux cures de 2 fois 28 jours incluant des chimiothérapies légères, analogues à celles de la fin 2016. Elle devrait s'achever le 24 juillet par un myélogramme.

Demain dimanche de Pentecôte, c'est le pique nique familial à Montry. Notre participation à ce pique nique, qui faisait partie de mes objectifs inscrits en tête de ce blog, nous permettra de passer, comme chaque année, un bon moment.